Le Chardon

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

dimanche 16 août 2015

33/15 if I needed someone

La Chine avait plusieurs initiatives géoéconomiques au cours de ces dernières années : Banque asiatique d'investissement, banque des BRICS, convertibilité du Yuan, grand projet de la route de la soie. Mais la dépression économique l'amène à brusquer les choses : elle laisse filer le yuan (- 5% en trois jours) ce qui aura un effet dépressif sur beaucoup d’économies tournées vers l'exportation (Allemagne) ou tirées par les matières premières (pétro-rentiers, Brésil). Déjà le baril de pétrole atteint 40 $. La rentrée sera mouvementée, alors que la reprise commençait tout juste à s’envisager.

Source

Lire la suite...

dimanche 9 août 2015

32/15 Wait

Yémen : ainsi donc, des forces spéciales saoudiennes et émiriennes ont participé à la reprise d'Aden par les "troupes" loyalistes". J'ai ainsi appris que les "forces spéciales" disposaient de Leclerc, ce qui est une bonne nouvelle pour les cavaliers (54 tonnes de diplomatie, etc...). Bref, Saoudiens et Emiriens ont envoyé des troupes, tout court. Elles doivent être spéciales parce que fiables et entrainées et disposées à intervenir à l'extérieur, je suppose, tant la réputation des forces armées de la péninsule n'atteint pas les plus hauts standards.

Source

Lire la suite...

dimanche 2 août 2015

31/15 In my life

Libye. Si on comprend bien les derniers développements de ce bouillon de culture : L'Algérie mise sur la Tripolitaine (à l'ouest) afin de sécuriser, autant que faire se peut, sa frontière. Dès lors, elle n'hésite pas à négocier avec les islamistes qui s'y trouvent, sachant qu'ils sont plus compatibles que les extrémistes de l'EI qui s'installent et menacent tout le monde. L’Égypte avait parié sur Haftar et un mouvement national. Peine perdue, ce dernier s'est enlisé et tient à peine la Cyrénaïque. Pour l’Égypte, c'est un moindre mal parce que ça permet d'assurer vaguement la sécurité de la frontière. Entre les deux, les jihadistes de tout poil s'en donnent à cœur joie. Au sud, les luttes tribales perdurent (Toubous et Touaregs).

Source

Lire la suite...

dimanche 26 juillet 2015

30/15 I'm looking through you

Cela se murmurait, puis la rumeur est devenue une fuite : la Turquie a autorisé l’aviation US à frapper l'EI depuis Inçirlik. Tout ça alors qu'un garde frontière a été tué à partir de la Syrie (zone tenue par l'EI), ce à quoi Ankara a répondu par quelques tirs d'artillerie. Ce n'est pas que le torchon brûle, mais la politique d’ambiguïté envers l'EI semble toucher ses limites. J'y reviendrai dans un billet dédié.

Source

Lire la suite...

dimanche 19 juillet 2015

29/15 Girl

J'ai été un peu paresseux cette dernière quinzaine. Non qu'il ne se soit rien passé sur le front géopolitique mais voilà, l'été venant, mon esprit a musardé et a un peu délaissé cette chronique hebdomadaire. D'un autre côté, cela vous a fait des vacances. Caractéristique de la période estivale. On est moins sérieux en juillet août. Pourtant, très souvent, il s'agit de périodes où les choses s'enflamment. Car tout le monde n'est pas en vacances et souvent, les opérations militaires (indicateur de température géopolitique s'il en est) se déroulent l'été, justement. Bref, sans recopier les ébauches de billet que j'avais préparées pour les deux dernières semaines, voici quelques observations ...

source

Lire la suite...

dimanche 28 juin 2015

26/15 What goes on

Référendum contre ultimatum. Entre un panel technique qui prend des décisions illégales (pas de procédure d'exclusion, réunion en l'absence d'un Etat, etc) et un gouvernement qui croit encore que la démocratie a du sens, nous voici à l'acmé de la crise. Dans tous les cas, l'Europe perdra. Soit la Grèce sort et les conséquences sont évidentes, soit elle "reste" mais rien ne sera jamais plus comme avant. Juncker n'a pas fini de se voir reprocher sa déclaration "il n'y a pas de démocratie contre les traités". Vous avez une semaine pour vider vos PEL et livrets A car ce qui se passe en Grèce va s'étendre comme un incendie dans une pinède corse.

source

Lire la suite...

dimanche 21 juin 2015

25/15 The word

Europe : probablement, il y aura un accord de dernière minute. Bancal, comme il se doit. Mais les Européens ont plus à perdre que la Grèce s'il n'y a pas d'accord. Angela Merkel le sait, et la France encore plus (60 milliards de dettes). Probable à 90 % sauf impondérable et émotion d'un des participants. Ce n'est pourtant que partie remise, Toutefois, cela aura prouvé que les peuples peuvent encore agir face à la technocratie. Il est temps de s'en rendre compte avec un parti du peuple danois qui atteint 21 % des suffrages.

source

Lire la suite...

dimanche 14 juin 2015

24/15 Michelle

Libye : non seulement l’EI s’est établie à Syrte, mais il a lancé une attaque contre Misrata. Curieusement, dans la grande presse, on commence à présenter certaines milices de Misrata comme « laïques ». Le changement de vocabulaire est symptomatique du nouveau regard porté sur les factions. Pendant ce temps là, Bernardino Leon, envoyé su Sec Gen des NU, essaie de faire valider un 4ème plan entre les deux grandes factions, celle de Tobrouk (officiellement reconnue) et celle de Tripoli (soutenue par Misrata). L’arrivée de l’EI pourrait forcer à un compromis politique. A défaut, on entend parler d’intervention militaire, changement busque du discours occidental. Ainsi, le ministre espagnol de la défense explique que la coalition anti EI ne doit pas frapper simplement en Syrie et en Irak mais partout où se trouve l’EI, donc aussi en Libye. Les esprits évoluent donc.

source

Lire la suite...

dimanche 7 juin 2015

23/15 Think for yourself

Élections en Turquie : revers pour Erdogan qui n’obtient "que" 41 % des suffrages. Non seulement l'opposition progresse, mais le parti Kurde perce à 12,5 % des suffrages. C'en est fait des rêves d'une modification constitutionnelle. Erdogan paye ainsi son absolutisme des dernières années. Il ne s'agit pas simplement de la montée d'une opposition de gauche, ni même des Kurdes, mais de la rebuffade de l'ensemble des minorités, au premier rang desquelles les Alévis. Qui sont, faut-il le rappeler, musulmans. Sans même parler de la sanction d'une politique extérieure brouillonne et d'un affairisme constant. Enfin, last but not least, les difficultés économiques ont porté un coup d'arrêt au soutien des classes moyennes qui soutenaient Erdogan tant que le niveau de vie progressait.

Source

Lire la suite...

dimanche 31 mai 2015

22/15 Nowhere man

Le régime syrien tire probablement les conséquences de son échec à Palmyre. Selon L’orient le jour, « la division de la Syrie est inévitable ». Dans l’article, je note la répartition des « populations » qui relativise grandement l’idée, largement développée dans les média occidentaux, selon laquelle l’EI tient 50 % du territoire. En regardant le territoire « utile », c’est – à dire en tenant compte des populations, alors, le régime tient 50 % du territoire. Damas, Homs, la frontière libanaise, la province de Lattaquié. Je demeure convaincu qu’il n’a pas abandonné ses objectifs sur Alep.

Source

Lire la suite...

dimanche 24 mai 2015

21/19 You won't see me

Sommet du partenariat oriental de l'UE à Riga. Minimaliste. Au fond, les Européens se sont rendus compte que leur approche technocratique de 2013 avait indirectement conduit à la catastrophe. C'est tout le problème de l'Europe : se concentrer sur les petits pas, se garder de toute vision géopolitique. L'abstention stratégique comme ligne de conduite. Mais même cela conduit à des impairs.

source

Lire la suite...

dimanche 17 mai 2015

20/19 Norwegian wood

Visite du PR à Cuba. Je suis frappé par la mise en œuvre de cette "diplomatie économique" qui sert désormais de ligne à la France. J'ai tellement lu, par le passé, de critiques envers notre pseudo manque de réalisme, ou encore au sujet de la diplomatie des grands contrats où le président emmenait des charretées de patrons du Medef avec lui. Dans le cas présent, on a l'impression de "professionnalisme", tout simplement. On en fait moins sur la morale et les grands sentiments, on noue des contacts directs, on contourne les sujets qui fâchent. Pas flamboyant, pas de panache, mais la volonté de gagner. Un peu comme au rugby où on a abandonné le "French flair" pour se "mettre à niveau". Bon, d'accord, au rugby on ne gagne pas. Mais à Cuba, ils ne jouent pas au rugby, on a peut-être notre chance, non ?

source

Lire la suite...

dimanche 10 mai 2015

19/15 Drive my car

J'apprends ceci : L'Autriche a porté plainte contre X et réclame des "explications" à l'Allemagne après des informations de presse selon lesquelles elle aurait été espionnée par les services de renseignement allemands pour le compte des Etats-Unis, a annoncé mardi le gouvernement à Vienne. La plainte a été déposée auprès du parquet de Vienne mardi pour "renseignement secret au détriment de l'Autriche", a déclaré à l'agence APA la ministre de l'Intérieur, Johanna Mikl-Leitner. Ainsi, l'Autriche a rejoint le consensus européen qui dénonce ce scandale PRISM à l'allemande. Comme toutes les capitales européennes. Toutes ? non, je dois rêver, j'ai bien l'impression que c'est la première (la seule?) réaction officielle à cette affaire. D'un autre côté, je ne vois pas quelle autre capitale, espionnée, aurait pu faire des commentaires a minima...

source

Lire la suite...

dimanche 3 mai 2015

18/15 Dizzie miss Lizzzie

La visite du président afghan Ghani en Inde sera minimale. En effet, l'Afghanistan a choisi une alliance avec son voisin pakistanais, mais aussi avec la Chine. Réalisme à l'heure du départ des Occidentaux, moyen pour trouver une stabilité qui passe par le réalisme. Du coup, on devrait voir se constituer un axe entre l'Inde et l'Iran, avec la complicité de la Russie. Quant aux Occidentaux, ils paraissent hors jeu.

source

Lire la suite...

dimanche 26 avril 2015

17/15 Yesterday

La Libye arrive au cœur des préoccupations européennes, bien plus que l'Ukraine. Cela est dû à l'afflux de migrants. Certes, ceux-ci ne sont pas Libyens mais surtout Syriens (on comprend aisément pourquoi) et Érythréens (ce qui n'attire pas l'attention sur cette Corée du nord africaine, dictature sanglante que tout le monde ignore). En fait, la Libye est devenue une zone noire qui mélange à la fois une guerre civile et un territoire d'exportations d'immigrants illicites.

source

Or, la crise actuelle voit la rencontre de plusieurs dynamiques : une augmentation très importante des flux de migrants, une cristallisation de la crise intérieure, enfin des stratégies contradictoires des grands voisins. La Libye qui servait de tampon à l'immigration ne l'est plus depuis la destruction de l’État .

Lire la suite...

dimanche 19 avril 2015

16/15 I've just seen a face

Loi sur le renseignement. Pour tout vous dire, je n'ai pas regardé les détails. J'écoute les uns et les autres, quelques proches qui essayent de m'expliquer mais rien n'y fait, je n’accroche pas. Plus exactement, je ne comprends pas la polémique (les termes du débat, comme on dit poliment). Car quelle est l'alternative ? Soit on ne fait rien, donc on ne régule pas, donc on continue comme avant dans l'opacité qui du coup ne protège rien ; soit on légifère avec forcément des aspects qui vont toucher, qui peuvent toucher aux libertés publiques. Du point de vue de ces dernières, que vaut-il mieux ? pas de législation ou une législation qui sera forcément jugée comme imparfaite ? En la matière, ce sera toujours imparfait car l'essence du renseignement, bêtement, c'est d'agir à la marge ou plus exactement, dans les marges, ces zones qui sont structurellement sombres.

Source

Lire la suite...

dimanche 12 avril 2015

15/15 Tell me what you see

Accord nucléaire iranien, ce n'est probablement pas terminé. On lira avec intérêt cette analyse sur Extrême-centre : « Différences de longueur (291 en anglais pour la version irano-européenne, 512 pour la version persane, 231 pour la française, 1,318 pour l’américaine), différences de contenu (modèle de vacuité pour les versions irano-européenne ou française, « étonnantes spécificité et exhaustivité » du côté américain), différences d’étiquetage (simple « communiqué de presse » pour les Iraniens, « Paramètres d’un Plan d’action conjoint et exhaustif » pour les Américains), différences syntaxiques (réduction, dans la version persane, de tout ce que la version américaine présente comme des « décisions » à des spéculations impersonnelles pour ce qui pourrait apparaitre comme des concessions iraniennes, précision persane au contraire pour les concessions occidentales), oppositions diamétrales (arrêt contre continuation de l’utilisation de centrifugeuses avancées, démantèlement contre modernisation du réacteur d’Arak, levée progressive contre immédiate des sanctions), disparitions pures et simples (supervision sur 10, 15 ou même 25 ans annoncées par les Obama et Kerry eux-mêmes disparaissant totalement des versions persane, italienne et française)… »

source

Lire la suite...

dimanche 5 avril 2015

14/15 You like me too much

En Libye, les choses évoluent, ainsi que j'en avais indiqué la possibilité. Du côté de la coalition "Aube de la Libye", qui est constituée autour de Misrata et a mis en place un gouvernement à Tripoli, ne reconnaissant pas celui de Tobrouk (légitime aux yeux des Occidentaux), les dissensions se font jour. Ainsi, le premier ministre a été destitué, alors que les négociations conduites sous les auspices de Bernardino Leon (représentant de l’ONU) progressent. Le premier ministre de Tripoli a été destitué. Très probablement, les islamistes "modérés" s'inquiètent de la montée en puissance des jihadistes et notamment de l'État Islamique. L'émergence de ce dernier force à une recomposition dont nous voyons les premiers effets. A suivre.

Source

Lire la suite...

dimanche 29 mars 2015

13/15 It's only love

Les événements s’accélèrent au Yémen. La transition, initiée en 2012 et fondée sur un départ du président Saleh, a échoué. Le pays en est donc revenu aux délices de la guerre civile qui fit rage de 2004 à 2009 (mais en fait, dès 1994). Car voici un point que la plupart des commentateurs omettent : le pays a l’habitude de ces conflits intérieurs. En fait, la réunification de 1990 n’a pas fonctionné. Nous voici revenus à l’hypothèse d’un Yémen unifié qui est défiée par les réalités du terrain. Aussi voit-on une alliance des Houthistes (secte chiite) et des partisans du président Saleh s’opposer au « pouvoir » du président Hadi appuyé par d’autres tribus et quelques sunnites. Là-dessus s’ajoutent jihadistes de tout poil, longtemps AQ, désormais État Islamique. On se dirige vers un éclatement du pays qui est au fond son état naturel.

source (cliquez sur le titre pour lire la suite)

Lire la suite...

dimanche 22 mars 2015

12/15 Act Naturally

« Au final, nous devons négocier ». Telle est l’affirmation de John Kerry à propos d’Assad. Retournement de position après quatre ans à poser le départ du président syrien comme préalable, cette déclaration montre, une fois encore, le pragmatisme américain. Deux remarques ici. Tout d’abord, cela intervient dans le contexte des négociations avec les Iraniens sur le nucléaire. Une des contreparties avancées par les États-Unis est peut-être cette réintroduction d’Assad, vu comme l’allié de Téhéran qui de plus est le seul pays réellement disposé à combattre l’EI au sol. Ensuite, cela rend la position française « dure » encore plus fragile qu’elle l’était, ainsi qu’on l’a constaté à l’issue du voyage des parlementaires à Damas. La route de Damas est pourtant, depuis longtemps, le lieu d’incroyables conversions…

source

Lire la suite...

- page 3 de 7 -