Ce qui frappe, en Centrafrique, c’est la disparition de l’État.

On nous dit qu’elle tient à la venue du Seleka. Je crains qu’il ne s’agisse d’une vision à courte vue. La disparition de l’État en RCA a été plus ou moins sciemment organisée, principalement par les voisins, avec une certaine indulgence (ou négligence) de Paris. Ainsi, le Tchad mais aussi le Congo (Brazza) et, dans une moindre mesure, le Cameroun et le Soudan se sont fort bien accommodés de cette zone tampon.

source

L’inconvénient, c’est qu’une zone tampon doit conserver un certaine force pour continuer de jouer son rôle : on assiste aujourd’hui à la déliquescence des deux. (Cliquez sur le titre pour lire la suite)