Et pourtant.

Ainsi, en Ukraine, on aurait des pro-Européens contre des méchants pro-Russes. Déjà dire "pro-Russes" me semble un peu simplificateur. Mais quant aux "pro-Européens", il y a de l'abus. En effet, la plupart des ultras qui animent le Maïden sur la place centrale de Kiev sont des ultra-nationalistes Ukrainiens. Ils ne cherchent pas l'Europe pour ce qu'elle est, mais uniquement pour des raisons tactiques dans leur volonté d'indépendance par rapport à la Russie. Autrement dit, ils ne veulent pas transférer à l'UE ce qu'ils auraient difficilement acquis. Bref, malgré ce que laissent croire les images et commentaires diffusés à longueur d'ondes, il ne s'agit pas forcément de militants démocratiques en lutte contre leur liberté. Et leur choix de la confrontation suggère une minorité agissante fort surprenante. Et anarchiste (voir ici).

A la limite, peu importe : ce qui compte,c 'est la perception générale et l’utilisation diplomatique qui en est faite. Peu importe qu'il n'y ait pas de front démocratique face à Yanoukovitch puisque la "communauté internationale" fait pression sur lui.

De même, en RCA on oppose des Chrétiens à des musulmans. Je vous ai déjà conté à quel point cette opposition semblait factice. Elle le paraît d'autant plus quand on sait que la catégorie "chrétiens" semble, en l'espèce, totalement factice. Conforme à notre besoin d’expliquer les choses selon des catégories habituelles. Mais en l'occurrence, il s'agirait plutôt d’animistes comme nous le signale Philippe Chapleau (voir ici). Et d'ailleurs, les Séléka sont, très probablement, des animistes eux aussi. Chrétiens contre musulmans, avez-vous dit ?

Bref, creuser pour comprendre. Encore et encore.

Le chardon.