Le plus surprenant n'est pas l'innovation russe, mais l’aveuglement occidental. Quoi ? après avoir passé une décennie à théoriser la COIN, les conflits asymétriques, les guerres irrégulières, l'approche globale, voici que ces idiots de Russes se mettraient à être imaginatifs ? Flûte, nous qui considérions toujours que c'étaient des barbares soviétiques toujours à faire de l'action de masse. Que la réforme de 2008 rénovée 2012 était du flanc et que surtout, ils n’avaient tiré aucune leçon ni de la Géorgie, ni de nos déboires en Afghanistan. Bref, des ...ons et des sauvages ; des Russes, quoi. Du coup, plutôt que de dire que nous étions dans l'erreur, on essaye d'inventer un concept pour justifier notre surprise. Va pour guerre hybride. Mon ...!

Bien tranquillement, relisez la Guerre hors limite des colonels Wang et Qiao, écrit en 1998, tout y est.

Accessoirement, alors qu'on nous parle d'info dominance depuis vingt ans, on n'a pas été foutu d'écouter ce que disaient les téléphones mobiles des responsables du côté du Donbass et avons été sourds depuis six mois.

Bref, la persistance occidentale à prendre les "autres" (tout ce qui n'est pas eux) pour des sauvages suscite mécaniquement les déboires stratégiques que l'on connaît. Le plus surprenant est le processus de "Lessons learned" :

  • "Ah ben chef, on s'est fait surprendre ! "
  • C'est pas de ta faute, j'ai entendu un théoricien stratégiste dire que c'était l'invention d'un nouveau concept
  • Ah ben il a pas respecté les règles du jeu, alors ?
  • oui, pas les règles de notre jeu
  • Ah ben c'est un ...alaud, alors, s'il ne veut pas qu'on le massacre comme on l'a prévu
  • Ben oui, ça confirme que c'est décidément un sauvage

L'ennemi est un sauvage et s'il nous surprend, cela confirme sa sauvagerie.

T'as raison ! Il reste que j'entends déjà tous mes confrères sérieux expliquer, avec gravité, comment ils ont fait et comment on doit s'adapter et comment Clausewitz, Füller ou Luttwak auraient pensé et que vous comprenez...

A. Le Chardon