Quelle est l'histoire ? Une jeune femme rentre à Bordeaux pour l'enterrement de son père, dans le "château" familial. Elle travaillait aux États-Unis depuis dix ans, rompt avec son fiancé et employeur, et décide du coup de reprendre la propriété familiale, ce que ses deux frères acceptent du bout des lèvres. Elle va se heurter à de nombreux obstacles, le premier étant que la propriété fiche le camp tandis que les passions s'affrontent.

Au début, j'ai craint un peu une BD publicitaire comme en produisent les syndicats d'initiative. Et puis non : si le scénario est très documenté, il ne s'agit pas d'une œuvre à visée pédagogique mais d'une vraie histoire. En fait, c'est même cela qui m'a séduit : un certain réalisme qui montre des affaires familiales, des bassesses et des jalousies, des solidarités et des affections, le rythme des affaires enfin avec son environnement économique. Au-delà, l'héritage n'est pas simplement une affaire patrimoniale mais alterne les souvenirs d'enfance et la longue histoire, remontant au XVII° siècle. Bref, une sorte de saga familiale qui fait de loin penser aux Maîtres de l'orge, que j'avais beaucoup apprécié en son temps.

Ce mélange composite est très réussi et évite surtout les artifices habituellement retenus pour attirer le chaland. Pas de meurtre grossier, pas de scène simili sensuelle, mais au contraire une retenue et une vie qui s'expose tout en retenant l'intérêt par l'intrication subtile d'un scénario composé. Bref, pas de facilités.

Les dessins sont solides et clairs, avec quelques initiatives de cadrages qui donnent de temps à autre un peu de fantaisie dans l'ordonnancement.

Au fond, un Bordeaux : cadré, bien sûr, mais avec de multiples touches qui dessinent un paysage et des pointes d’originalité qui détonnent en donnant du contraste pour ne pas en faire un simple truc BCBG.

Châteaux Bordeaux, par Corbeyran et Espé, chez Glénat

A. Le Chardon