Voici donc une bande d'anciens d'une escadre d'aviation qui essaye de monter une petite compagnie d'aviation au pied des Pyrénées. Les voici entraînés par les circonstances à convoyer un chargement secret en direction du Cameroun. Finalement, ils tombent au beau milieu de la guerre du Biaffra et les voici qui interviennent au cœur du Nigéria. Le genre d'actualité qu'il est bon de rappeler quand on pense à l'actualité au Nigeria, j'en connais un qui va encore me répéter " Je te l'avais bien dit...".

Les gars sont sympas, l'avion un B 26 que je ne connaissais pas, il y a de jolies pépés (comme on disait à l'époque) mais tout ceci reste avouable à votre confesseur préféré, et le dessinateur prend un plaisir non dissimulé à dessiner toutes les voitures de l'époque : DS, caravelles, 404, 204, Aronde, Panhard, R16, il a ressorti toute sa collection d'auto-rétro.

source

C'est tarabiscoté à souhait (une histoire d'espionnage, vous avez déjà vu simple, vous ?), un album one shot (on a toute l'histoire en un seul album) avec de beaux décors.

On prend plaisir à une ligne claire sans fioriture, des paysages africains plaisants, des allusions à Saint-Ex en panne avant Saint-Louis du Sénégal, un dessin de la caserne des Mortiers qui attire forcément l’œil. Bref, il faut tout prendre au premier degré avec délectation, ne pas se prendre trop au sérieux, savoir que tout ça n'est pas comme ça dans la réalité et s'amuser à plonger avec délices dans un passé fantasmé et chromo, quand le monde était simple et qu'il n'y avait pas trop de règlements pour entraver les hommes libres.

Un truc de mythos, je vous l'ai dit : mais de temps en temps, ça fait du bien de vivre dans les fantasmes,on ?

A. Le Chardon.