Pensées fugaces

Beaucoup de commentateurs analysent l’accord américano-iranien comme le moyen trouvé par Washington pour se reconcentrer sur la Russie. Je ne partage pas cette interprétation. Il me semble qu’Obama cherche surtout à changer le jeu au Moyen-Orient, de façon à y être moins empêtré que ses prédécesseurs. Il continuera à faire le minimum envers la Russie mais ne sera pas tenté par l’escalade. Son obsession stratégique reste la Chine.

Décidément, ça chipote dur dans les Balkans, pas seulement en Grèce. Ainsi donc, le PM albanais a déclaré qu'il fallait quand même réunifier un jour Albanie et Kosovo. En avez-vous entendu parler ? rien sur la grande presse.... Le responsable de l'UE s'élève contre cette déclaration qui va "contre les principes". AU fait, cinq pays européens ne reconnaissent par Pristina, donc de quels principes parle-t-on ? Du côté de l'OTAN (l'Albanie en est membre, à la différence de l'UE), aucune réaction. On est en vacances, cette semaine, à Bruxelles, ce doit être ça. EU says Albania comment on Kosovo unification 'not acceptable'

Grèce toujours. Le monde se félicite qu'il ne se soit rien passé à l'issue de la rencontre entre Tsipras et Poutine à Moscou. Moui. Je crois que cet optimisme est de courte vue. La Grèce a payé ce qu'elle doit au FMI, mais je ne suis pas sûr qu'elle paiera la prochaine échéance de la BCE. Du coup, celle-ci sera sous tension. Vous savez, cette banque qui vient de déclencher un formidable "quantitative easing" qui fait flamber les bourses. L'affaire n'est pas terminée car les meilleurs experts m'assurent que la Grèce ne peut pas tenir ses échéances. Je ne vois pas Tsipras organiser son suicide politique en faisant une bascule d'alliance interne. Du coup, il risque de vouloir bousculer la machine...

Cuba États-Unis : Grosse couverture de presse sur le sommet des Amériques, où pourtant il ne s'est passé rien de bien nouveau. La réconciliation est en route et Obama peaufine son empreinte dans l'histoire.

Ainsi, les Irakiens ont repris Tikrit à l’État Islamique. Il ne faut pas bouder son plaisir même si j’entends, ici ou là, les éternels esprits chagrins expliquer que c’étaient les chiites, que les Américains ont tout fait, que ce n’est pas probant, que sais-je encore… Constatons d’une part qu’une ville importante a été reprise à l’EI, sa taille dépassant largement celle de Kobané. Qu’ensuite, il s’agit d’une ville sunnite et que les milices chiites ont été à peu près contrôlées, malgré toutes les craintes. Enfin, que le gouvernement central reprend langue avec les Kurdes au nord. Ce sont plutôt des bonnes nouvelles. Les gens informés ajoutent que Mossoul sera la prochaine cible. Admettons, nous verrons, peut-être la proie est-elle trop grosse. La vraie question est plutôt la suivante : dans quelle mesure l’Arabie Saoudite, qui se pose en nouvel hégémon régional (au Yémen comme en Syrie) accompagne-t-telle le processus ? Est-elle à la manœuvre pour négocier avec les populations sunnites d’Irak ? là est au fond la vraie incertitude…

L'Arabie Saoudite a lancé une opération internationale contre le Yémen. Tout le monde voyait l'union arabe et quasi sunnite se mettre en place. Pourtant, les choses ne sont pas si simples. Ni avec l’Égypte, qui a des ambitions régionales Le ton monte entre Islamabad et les Émirats au sujet du Yémen ; ni avec le Pakistan, qui finalement reste en arrière de la main. Il faut dire qu'il a une frontière commune avec l'Iran et que le tour anti-iranien de la coalition pose problème. Voici pour l'angle diplomatique Saudi-Egyptian Relations: A Widening Gap?. Quant à la Turquie, elle fait elle aussi face à un gros dilemme : After Riyadh, Erdogan Goes to Tehran: Turkey’s Regional Dilemma. Pendant ce temps -là, les bombardements continuent, sans option politique. D'une part, on sait depuis quelques années que l'air power tout seul, ça ne fait pas avancer les choses. Surtout, quel est le but de guerre de cette opération ? Bref, vouloir être un hégémon régional est une chose, encore faut-il avoir des buts politiques ...

Bon, moi je n'y connais rien en cyber. Les BD, un peu mais le cyber, ces trucs avec des 1 et des 0 où il ne faut pas compter, ça me dépasse. Plutôt abscons pour un lettreux comme moi, quoi. Cela étant, j'ai été un peu surpris du bruit médiatique que ça a produit. Fichtre, je ne savais pas qu'il y avait tant d'experts. Ou même que des experts de tout un tas d'autre choses pouvaient venir subitement parler devant les caméras de choses auxquelles ils ne connaissaient visiblement rien. Alors, j'ai écouté les copains d'EchoRadar parmi lesquels un certain nombre s'y connaissent un peu en ces matières et qui m'ont paru agacés. Comme par hasard, ils n'étaient pas devant les caméras mais il est vrai qu'ils ont publié, depuis des années, livres et articles sur la question. Je vous renvoie à de la bonne perspective : de Th. Berthier, d'égéa et de sivispacem. Bon, c'est sûr, il faut lire et pas regarder des idiots s'auto-admirer dans la petite lucarne.

Parutions

Par Lars Wedin, Stratégies maritimes au XXIe siècle. L'apport de l'amiral Castex. Chez Nuvis.

Population & Avenir - Au sommaire du 722 : L'inégalité économique des territoires : les écarts continuent de se creuser - La Chine : une mosaïque de « vieux » et de « jeunes » - La longévité en France : un bilan dual - Une idéologie de la métropolisation ? - Les espaces touristiques en France (exercice pédagogique).

Articles, sites et liens

Culture

Exposition sur le premier Van Gogh, à Mons. Peu de toiles, beaucoup de dessins. C'est très intéressant de le voir "commencer" le dessin vers 1880, s'améliorer vers 1885, puis continuer, toujours avec des copies, lors de la grande période de production à Arles ou Auvers sur Oise, en 1890. L'inspiration de Millet est nette, ainsi que certains thèmes récurrents. A voir pour comprendre comment se construit un artiste.

Boychoir, vu ce soir. Très émouvant. Vaut le détour.

Événements

15 avril IPSE. colloque: L’Europe Balkanique à l’heure des défis économiques et géopolitiques en cours EHESS, Amphithéâtre François-Furet 105 Bd Raspail, 75006 le 15 avril 2015 9h00 -13h00. A la lumière des nouvelles données géopolitiques décisives pour l’avenir de l’Europe Balkanique et au-delà, le débat portera sur les questions économiques et sécuritaires, géopolitiques notamment sur les recompositions à teneur stratégique en cours, impliquant plusieurs acteurs déjà existants (UE, OTAN) et partenaires d’importance à l’œuvre ( Turquie, Russie, Chine). Il convient de prendre la mesure à cet égard de l’ampleur des événements tels que la crise ukrainienne et la constitution d’une nouvelle coalition gouvernementale dirigée par Syriza en Grèce et de mesurer les conséquences directes et indirectes qu’ils sont susceptibles d’entraîner. Ouverture – Emmanuel Dupuy - Débats modérés par Arta Seiti - Un diagnostic en profondeur des enjeux régionaux avec Joseph Krulic, Alexis Troude, Aleksandar Le Comte - Enjeux économiques, géopolitiques à l’aune des mutations en cours avec Jacques Sapir, Céline Bayou, Arta Seiti - Regards multiples sur le contexte des acteurs régionaux et extra-régionaux avec Krzysztof Soloch, Oxana Solomakha, Renaud Bouchard, Pierre Arnold

16 avril SHD conférence que prononcera M. Michel Pierre Un espace rêvé : le Sahara dans l’imaginaire français Jeudi 16 avril 2015 à 19h00 - En salle des cartes du Château de Vincennes Une séance de dédicace par l’auteur et un vin d’honneur suivront la conférence RSVP avant le 14/04/2015 - Entrée libre mais inscription obligatoire - Plan d’accès en PJ – se munir d’une pièce d’identité.

23 avril ANAJ IHEDN L’ouverture cubaine : défis et opportunités pour la France Kareen RISPAL Directrice des Amériques et Caraïbes Ministère des affaires étrangères et du Développement international Jeudi 23 avril 2015 19h30 à 21h00 Amphithéâtre DesVallières École militaire inscription

A. Le Chardon