Elle est parue dans la collection "3ème vague" du Lombard, qui avait sorti en son temps Alpha ou IRS. Des thrillers d'actualité, un peu espionnage, un peu policier : le genre que j'aime quand il est soigné et n'utilise pas trop les clichés (vous avez dit Winch ?).

Voici donc Koralovski: un ex-oligarque qui s'est opposé au pouvoir du président et se trouve dans une prison en Sibérie, en train de se heurter aux durs de l'endroit. Le genre "cultivé" qui a le temps d'écrire des lettres, chose assez rare en ces lieux, si j'ai bien compris. Mais alors qu'une bagarre se prépare, voici que la prison se fait attaquer. Un commando enlève un homme... mais ce n'est pas notre héros. Celui-ci réussit à s'enfuir dans la neige.

Dans le même temps, à Berlin, une journaliste tombe par hasard sur un gars qui s'est emmitouflé dans du fil de fer barbelé et qui sort des égouts. Est-il lié à la CIA ?

Ailleurs, on discute : le "peak oil" a-t-il un avenir ?

Source (avec une autre fiche de lecture)

J'ai beaucoup aimé le scénario (pas simplement une histoire, on est aussi obligé de réfléchir, ce qu'on voit n'est pas trop éloigné de ce qu'on sait du système international), mais aussi que le scénariste et le dessinateur soient la même personne, Philippe Gauckler. La chose se fait rare en BD, il faut s'en réjouir car il y a une certaine unité de style qui se ressent. Le dessin est solide sans grandes prouesses, à mi-chemin entre réalisme et ligne claire, avec quelques touches enfantines qui rajeunissent l'ensemble : l'auteur ne surjoue pas la noirceur des personnages, au contraire. Couleurs pas forcément convaincantes.

Bref, une bonne histoire, on attend avec impatience la suite.

Koraloski : L'oligarque (tome 1) par Ph. Gauckler, Le Lombard

A Le Chardon