Car voici une enquête autour du suicide d'un baron d'empire, sur les marches de l'autel de Notre-Dame, après avoir mis sous les verrous une bande de faux-monnayeurs, ce qui a le don d'exaspérer le grand rival Javert.

Cela sert de prétexte non seulement à montrer les trucs qui permettent à Vidocq de dénouer les affaires (son réseau, son équipe, ses déguisements, son cran) et qui sont à l'origine d'une certaine "brigade de sûreté", alors très innovante pour l'époque (alors, on ne disait pas "moderne")

Mais aussi à un très beau dessin et surtout une reconstitution du Paris de 1813 qui est frappante : ainsi, voir la colline de l’Étoile encore pleine de champs (aujourd’hui, il y a l'avenue de la Grande Armée et l'avenue du Bois (nouvellement avenue Foch), ou encore l'Arc de Triomphe en construction constituent de belles surprises qui valent le détour.

Pour tout vous dire, ce la fait penser à certains égards au décor du dernier "Assassin creed", une réussite, je crois vous en avoir déjà parlé. Bref, les décors y sont ce qui agrémente l'enquête.

Album plaisant, pas forcément indispensable, mais j'envisage d'acquérir le deuxième tome à sa parution.

Vidocq T1 : Le Suicidé de Notre-Dame Soleil.

A. Le Chardon