Pensées fugaces

Dans l’interview de B. el Assad, bien peu ont remarqué la petite phrase où il dit « «Le président accède au pouvoir via le peuple et les élections et s’il doit partir c’est aussi à travers le peuple et non pas par le biais d’une décision américaine, d’une résolution du Conseil de sécurité ou de la déclaration de Genève » (voir ici)… Ceci n’est pas anodin car il susurre qu’il pourrait partir. Micro ouverture ?

Dessins de mauvais goût de Charlie Hebdo. La presse anglo-saxonne s’emballe. Mais d’une part on ne peut pas dire « oui à la liberté d’expression » pour la condamner six mois plus tard, face à la morale médiatique ; d’autre part, cette remise en cause indirecte de la mise en scène « émotionnelle » (comme on dit maintenant) organisée par les médias me semble utile (même si nous sommes bien d’accord, c’est de très mauvais goût). Voir l'édito de R. Debray dans Le Monde de cette semaine.

Je l'avais signalé la semaine dernière, les choses évoluent en Algérie. Sans grande surprise, la nouvelle est tombée : Toufik, le patron du Département du Renseignement et de la sécurité (DRS) qui tenait la haute main sur les intrigues algériennes depuis 20 ans, Toufik quitte son poste. La nouvelle n'en est une que pour ceux qui n'avaient pas suivi les multiples signaux consécutifs à la dernière présidentielle, qui témoignaient d'une reprise en main. En revanche, l'opacité demeure sur les nouveaux rapports de force du pouvoir algérien. Les choses devraient se décanter prochainement. Il reste que Bouteflika garde la main... Mais je n'ai pas dit le prénom dudit Bouteflika : le président, ou M. frère ?

Berlin impose un nouveau revirement... Après avoir annoncé dans l'euphorie accueillir toute la misère du monde, elle s'aperçoit qu'elle n'en peut mais. On peut se féliciter de ce réalisme soudain. Et déplorer l'unilatéralisme allemand, décidément une constante...

L'élection de Jeremy Corbyn à la tête du parti travailliste a surpris de nombreux observateurs. Voici un leader politique n’ayant jamais changé de discours depuis 30 ans, articulant des théories qu’on croyait dépassées, sélectionné d’extrême justesse pour la joute intérieure du Labour, qui triomphe au premier tour, grâce au système de primaires populaires. Un marxisant qu’on peine à qualifier de néo. Ainsi, après la vague de droite radicale qui balaye l’Europe depuis une décennie au moins s’ajoute une vague de gauche radicale qu’on ne peut cantonner à des pays latins, mal convertis au libéralisme triomphant. Dans le cas présent, c’est de l’Angleterre post thatchérienne et post blairienne qu’il s’agit. Le message principal réside dans ce refus des règles que les élites nous présentent comme inévitables. Et puisqu’aucune idéologie nouvelle n’émerge, on en revient aux anciennes. Ceci devrait nous motiver plus que jamais pour penser autrement mais avec créativité.

Bon, notre premier ministre nous assène, une fois encore, "la guerre contre le terrorisme". Certes, il l'assortit de "contre le jihadisme, contre l'islamisme radical". Qu'il s'en tienne au jihadisme, ça suffira bien, car cette thématique du terrorisme est insupportable. Sinon, j'ai remarqué qu'il avait utilisé la notion de "légitime défense" pour justifier les frappes en Syrie. Là, pour le coup, c'est hardi, surtout au regard du droit des Nations-Unies (jus in bello i tutti quanti). Car de mémoire, c'est contre un État qu'on exerce cette LD. Oui mais voilà, on appelle l'ennemi "Daech" pour ne pas avoir à dire "État Islamique", puisque le discours affirme que ce n'est pas un État. D'où pas de légitime défense ? A supposer cette petite difficulté résolue, il faudra expliquer les ressorts de l'attaque qui suscite cette LD, puis les critères (immédiateté, proportionnalité de la riposte, etc..) ne paraissent pas exactement remplis. Tout ceci est bien hasardeux.

Donald Trump me fait penser à James Corbyn : il est en train de gagner contre l'élite politique, contre l’établissement médiatique (bon, d'accord, c'est le même). Avec des voix très différentes, bien sûr. Mais deux autres points communs : un discours idéologiquement très tranché, malgré son irréalisme apparent : il suscite les foules ; et une sincérité apparente, une cohérence du personnage, qui nous éloigne radicalement (oui, je sais, le mot est bien trouvé) des postures savonneuses et médiatiques des pro de la politique. Pas sûr que ça fasse gagner les élections, mais pour des primaires, ça suffit. Il suffirait plus qu'un "libéral" gagne la primaire démocrate, ce qui est maintenant presque envisageable...

Bon, plus personne ne critique le PM hongrois Orban pour avoir construit un mur. Il y a des soulagements hypocrites et honteux qu'on n'entend pas alors que les mêmes faisaient chorus au printemps pour dénoncer l'extrémisme. Je ne dis pas que ce que fait Orban est bien, mais ça a la mérite d'abattre des postures moralisatrices qui étaient ... agaçantes. Pendant ce temps-là, toute l'Europe se ferme, les barrières s'érigent. Ce n'est plus un mais une succession de rideaux de fer qui sont en train de s'abattre en Europe. Dommage pour le post-moderne, non ?

Parutions

Le Laboratoire de Recherche sur la Défense est heureux de vous annoncer sa dernière publication : Focus stratégique n° 61 Maîtriser la puissance de feu. Un défi pour les forces terrestres par Corentin Brustlein. En vue de réduire les risques de dommages collatéraux, la maîtrise des effets de la puissance de feu est devenue, au cours des dernières décennies, une préoccupation centrale des armées occidentales. Pour autant, cet impératif n'a pas les mêmes implications pour les différentes armées. L'emploi de la puissance de feu par les forces terrestres comporte ainsi nombre de spécificités liées au terrain, aux missions, à la diversité des moyens et des effets à générer. Il convient donc de s'interroger sur la façon dont les forces terrestres, et notamment l'armée de Terre française, envisagent la maîtrise des effets. L'étude s'intéresse ainsi aux besoins et capacités des forces terrestres en termes de maîtrise des effets, selon la nature des opérations ou du milieu, et aux opportunités et risques que présente un recours accru aux feux de précision.

Par un des pontes de la géographie politique à la française (car il a un regard critique sur la géopolitique : Penser le monde en géographe Soixante ans de réflexion, Paul Claval - Préface d'Isabelle Lefort La géographie classique des années 50 n'éclaire qu'imparfaitement des sociétés dont l'urbanisation et l'industrialisation s'accélèrent. En relisant avec une distance critique ses travaux, Paul Claval présente un panorama complet des évolutions de la discipline qui se doit de rendre compte de la diversité des hommes, de leurs problèmes d'identité, du sens qu'ils donnent aux paysages et territoires dans lesquels ils vivent : ce tournant culturel conduit à une analyse approfondie des réalités humaines. (Coll. Géographie et cultures, 28 euros, 270 p., septembre 2015)

La stratégie oubliée, Hans Delbruck, Economica. La stratégie d’anéantissement, fondée sur la destruction des forces ennemies, s’impose-t-elle nécessairement lors d’une guerre ? Les Allemands en furent convaincus à partir de leur victoire de 1870, et ils interprétèrent Clausewitz en ce sens. Illustrée par Moltke, cette doctrine fut érigée en dogme. Elle inspira Ludendorff qui, en 1914-1918, vit dans la guerre totale l’ultime planche de salut. Or il y eut, dès les années 1880, une voix pour contester cette conception de la guerre, celle de Hans Delbrück. En 1890, l’année où tout bascule, avec la disgrâce de Bismarck et l’avènement de la Weltpolitik du Kaiser, Delbrück publie La Stratégie de Périclès. Il y rappelle ce qu’on avait oublié ou négligé : qu’à côté de la stratégie d’anéantissement, Clausewitz en avait envisagé une autre, visant à user la volonté de vaincre de l’ennemi. Et Delbrück démontre que la stratégie de Frédéric le Grand comme celle de Périclès participaient de cette seconde espèce de guerre, que Clausewitz n’avait pas eu le temps de théoriser...

Articles, sites et liens

Culture

Étonnant Passage où Bernstein dirige son orchestre sans les mains, sans la baguette, simplement avec les indications du visage... Énormément de bienveillance, et de complicité. Un immense moment

Un petit diagnostic qui ne vous concerne pas, puisque vous lisez le Chardon, ce qui est le seul antidote prouvé…

Événements

21 septembre Séminaire Metis Le renseignement : planification, stratégie et prospective, Responsables : Philippe Hayez et Sébastien Laurentois Lundi 21 septembre 2015 : Intelligence prospective and planning: a US view La séance se déroulera en anglais Intervenant : Mark Lowenthal (ancien adjoint du Directeur du renseignement central américain pour l'analyse et l'évaluation. Informations pratiques Merci de bien vouloir confirmer votre présence par retour à : groupemetis@gmail.com

24 septembre Service historique de la Défense : conférence que prononcera Monsieur le Contrôleur général François Cailleteau : La conscription en France Jeudi 24 septembre 2015 à 19h00, en salle des cartes du Château de Vincennes. Entrée libre mais inscription obligatoire par retour de mail: thierry.widemann(à)yahoo.fr

24 septembre Forum du Futur a le plaisir de vous inviter, le jeudi 24 septembre 2015 de 18h30 à 20h30 à l'Ecole militaire Amphithéâtre Des Vallières à une conférence-débat sur le thème : "Situation et perspectives d'avenir de la RCA et de son environnement régional", avec : - M. Pierre MOREL, ancien Ambassadeur, Directeur de l'observatoire PHAROS, - le Général Thierry LION, ancien commandant de l'opération de l'UE en RCA, - M. le Pasteur Jean-Arnold de CLERMONT, Président de PHAROS.

6 octobre Conférence organisée en coopération par : Le Comité d'histoire de l'électricité et de l'énergie de la Fondation EDF, la Commission Astronautique de l’Aéro-Club de France et Prospective 21OO, le Mardi 6 Octobre 2015 à 18h30 à l’Espace Fondation EDF, 6, Rue Récamier, F-75007 Paris Métro : Lignes 10 et 12, station « Sèvres Babylone ». Exploiter les ressources d’énergie de l’espace par Lucien Deschamps, Président de la Commission « Astronautique » de l’Aéro-Club de France Secrétaire Général de prospective 21OO Conférence Présidée par Michel Tognini, Astronaute. Inscription préalable obligatoire à nathalie@2100.org

12 octobre Le Cercle des chercheurs sur le Moyen-Orient, cercle de réflexion et d’action ayant pour but de réunir les jeunes chercheurs spécialisés sur le Moyen-Orient, organise son prochain grand colloque annuel le lundi 12 octobre 2015, de 0900H à 1800H, à l’Hôtel de Ville de Paris (Entrée au 5 rue LOBAU). Il portera sur « Les Frontières au Moyen-Orient » et fera intervenir près de 20 spécialistes de la question Inscrivez-vous obligatoirement à cette adresse : inscriptions.ccmo@gmail.com

14 octobre Une nouvelle conférence géopolitique organisée par le Diploweb et GEM : le commissaire divisionnaire J-F GAYRAUD présentera «Le nouveau capitalisme criminel» à Paris le 14 octobre à 18 h. Réservez votre place dès maintenant !

21 octobre The International Geostrategic Maritime Observatory (IGMO), The European Azerbaijan Society (TEAS) and the Société d’Encouragement à l’Industrie Nationale (SEIN) are pleased to invite you to a Conference dedicated to “Geostrategic and geopolitical stakes in the Caspian Sea region” on the occasion of the publication of the 5th edition of IGMO’ s Geostrategic Maritime Review on the Caspian Sea 21st October - 17:00 to19:30 Hôtel de l’Industrie 4 Place Saint-Germain des Près 75006 Paris The Conference will be followed by a cocktail reception at 19:30 Please reply before october 10 at : communications.assistant@obgms.org or paris@teas.eu

Tiens, voici déjà le 200ème billet publié, si je ne me trompe... Finalement, c'est assez productif et presque régulier. On se revoit au 500me ?

Le Chardon