Beaucoup s’époumonent à la violation de la frontière aérienne turque par les Russes (ce n’est pas bien), beaucoup moins pour l’erreur sur l’hôpital de MSF à Kunduz. N. Gros Berheyde dit très bien ce que j’opine : Le double standard de J Stoltenberg, secrétaire général de l’OTAN. Au passage, on n’a pas entendu de communiqué officiel français déplorant les morts, etc…

Certains voient dans ces difficultés le signe de la volonté des États-Unis de rester plus longtemps en Afghanistan. Un signe qu’on peut retrouver ici

Plus sérieusement : pourquoi les Russes ont-ils franchi cet espace aérien ? Partons du principe que c’est fait exprès et qu’il ne s’agit pas d’une erreur de navigation. S’agit-il de provoquer les Turcs ? Pas directement, me semble-t-il. Simplement de montrer les risques d’accident sachant qu’il y a des aéronefs de plusieurs nations dans le coin (RU, US, ISR, TU, JOR, pour celles qui opèrent réellement). D’ailleurs, Netanyahou ne s’y est pas trompé, il est allé très vite à Moscou la semaine dernière pour s’assurer de cette déconfliction. Certes, il pourra probablement moins bombarder tel ou tel « convoi d’armement » mais au moins, il a le sens de réalités. Quant aux autres, les voici obligés de se rendre compte qu’il va falloir réellement co-opérer, au moins dans l’espace aérien. Peut-être est-ce l’objectif réel des Russes.

Pitoyables commentaires sur les 4 missiles russes qui seraient tombés en Iran. Pitoyables pour deux raisons : la première est que ça fait un taux de 15% d'échec, équivalent donc à celui des Tomahawk... Ensuite t surtout, à cause de la signification stratégique qu'on en tire. Quelque chose comme "ce n'est pas efficace". D'abord c'est à peu près efficace et surtout, c'est extrêmement significatif d'un point de vue stratégique, comme je le remarquai cette semaine. Autrement dit, plutôt que de nous réjouir à bon compte de ces quelques déchets, nous ferions mieux de réfléchir posément en "stratèges" à ce qui se passe.

Quant à la Turquie, elle paraît dans une grande impasse. D’abord, de politique intérieure car la tentative de l’AKP de rejouer les élections semble faire long feu, même en relançant le conflit avec les Kurdes. Ensuite, la panne économique est là et suscitera à terme du mécontentement. Enfin, à l’extérieur, rien ne va plus… Dès lors, il joue toutes ses cartes, dont celle des migrants. Ceci provoque une certaine ire européenne, rien de plus. Pas d’avantage stratégique majeur.

Signature du traité transpacifique. Il est moins anodin qu’il y paraît. Il marque tout d’abord le pivotement américain, notamment dans l’axe économique (la Chine a une géoéconomie avant d’avoir une géopolitique). Il introduit un nouveau système de standardisation. Il marque la réussite, depuis bien longtemps, d’un accord multilatéral (on se souvient de l’échec des négociations sur l’OMC). Enfin, il met la pression sur les négociateurs européens dans les discussions TTIP. Cela ne va sans doute pas faciliter notre position.

Rugby : voici donc l’Angleterre éliminée. On n’a pas de petits plaisirs, convenons-en. Schadenfreude (joie maligne). Et rappelons à nos chers amis qu’en sept éditions, l’Angleterre n’a atteint que trois demi-finales, trois finales, en gagnant une quand la France a atteint six fois la demi-finale, trois finales, mais n’en a gagné aucune. En termes de régularités, souhaitons donc de poursuivre la série, voire de l’améliorer (même si, honnêtement, nous n’y croyons guère). Bon, d'accord, on vient de perdre contre l'Irlande...

Air France : sans chemises contre sans culottes ? On ne soupçonne pas le degré d'exaspération du pays.

On a parlé en son temps de "printemps arabe", expression que j'ai toujours refusée pour parler de "révoltes arabes". Il faudrait parler désormais de révoltes proche-orientales. Les Arabes de Cisjordanie mais aussi d'Israël se réveillent. Je ne sais s'il s'agit d’une troisième intifada (manière habile de gommer l'aspect nouveau de ce qui se passe) car je vois que les Arabes israéliens se révoltent, non seulement à Jérusalem mais aussi à Tel-Aviv, la métropole branchée et "occidentale". Le Hamas se joint à la rébellion, alors qu'il faisait plutôt profil bas. Non loin de là, l'attentat à Ankara montre que la guerre civile s'étend en Turquie et ne saurait être circonscrite à la seule partie kurde du pays. Bref, des pouvoirs "affirmés" (si on me passe cet euphémisme pour décrire à la fois Netanyahou et Erdogan) font face à des populations en mouvement. Dans les deux cas, ils ne sont pas des despotes arabes "habituels" comme en Tunisie, Égypte, Libye ou Syrie. Le changement est donc bien plus profond qu'il n'y paraît.

Parutions

Les islamistes et le monde Islam politique et relations internationales Tewfik Aclimandos, Maryam Ben Salem, Aurélie Daher, Jean-Baptiste Le Moulec, Haoues Seniguer, Leila Seurat, Aude Signoles ; Sous la direction de Mohamed-Ali Adraoui ; Préface d'Olivier Roy Comment les islamistes voient le monde ? Sur quelle conception des relations internationales repose leur engagement politique et religieux ? Lorsqu'ils ont pu présider aux destinées de leurs coreligionnaires dans certains Etats, comment ont-ils traduit, renforcé ou amendé leur discours d'opposition et de rupture par rapport aux règles du jeu diplomatique ? Cet ouvrage, réunissant des spécialistes de l'islam politique dans plusieurs pays, fait la lumière sur cette question centrale des relations internationales contemporaines à une époque où le monde arabe est en ébullition. (Coll. Comprendre le Moyen-Orient, 22 euros, 220 p., septembre 2015)

Comment faire fortune en 1940, BD qu’on me signale… Je regarde. Sinon, j’ai acheté le dernier Corto, bien sûr, mais pas besoin de vous le signaler, il a eu une telle couverture presse…

La lettre de l’IRSEM n° 5

Articles, sites et liens

Culture

Longtemps, je n'ai pas apprécié Rubens. Je le trouvais pléthorique, abondant, trop prolixe. Et puis je m'aperçois qu'il est plus subtil et qu'il a surtout un talent incontestable, celui de la composition. Il sait raconter des histoires sur des thèmes qu'on a déjà beaucoup vus. Au fond, il a beaucoup d'imagination, ce qui explique son succès.

Prenez le Jugement de Salomon (source) : le jeu des regards raconte l'histoire et la tension entre les deux mères, mais aussi le rôle du roi.

L'Adoration des mages (source) est encore plus surprenante. Il ne s'agit pas seulement de rois qui se prosternent : le plus vieux présente une coupe où l'enfant Jésus, guidé par sa mère, trempe ses mains. Autour, les autres observent, sans même parler de la composition en spirale qui vient du haut...

Bref, Rubens vaut mieux que son style...

Événements

13 octobre La crise des réfugiés : et maintenant ? avec : Monsieur Pascal Brice, directeur de l'Office français de protection des réfugiés et apatrides (OFPRA) et Monsieur l'Ambassadeur d'Allemagne à Paris, Nikolaus Meyer-Landrut Le mardi 13 octobre à 19h, à la Mairie du 3ème arrondissement, Paris. Entrée gratuite sur inscription en cliquant ici. En partenariat avec Terra Nova, la mairie du 3ème arrondissement de Paris et le magazine Alternatives économiques

19 octobre Séminaire METIS - Programme saison 16 : Le renseignement : planification, stratégie et prospective - Lundi 19 octobre : « Prospective et renseignement : la vision de la DGSE » par un représentant de la DGSE. Inscription par mail à groupemetis@gmail.com

20 octobre L'équipe FIC a le plaisir de vous convier au 7ème Petit-déjeuner de l'Observatoire de l'année 2015 sur le thème "La sécurité des applications : le nouveau challenge". Les intervenants Yves Le Floch, Directeur du développement de la cybersécurité, Sogeti, et Claudio Merloni, Software Security Solutions Architect, HP Enterprise Security Products vous expliqueront comment relever ces défis. Rendez-vous le mardi 20 octobre 2015 de 08h30 à 10h00 au Cercle mixte du Quartier des Célestins (18, Boulevard Henri IV - 75004 Paris). Inscrivez-vous en cliquant ici

20 octobre ANAJ IHEDN Vis ma vie de Porte-Parole du Quai d’Orsay. Romain NADAL, Directeur de la communication et de la presse – Porte-parole Ministère des Affaires étrangères et de développement international Mardi 20 octobre 2015 19h30 à 21h00 Ecole militaire Amphithéâtre Des Vallières. Inscriptions

3 novembre Colloque du mardi 3 novembre 2015 « Quels drones pour quels usages à l’horizon 2020 ? » Amphithéâtre de Bourcet - Ecole militaire 9h00 - 12h45. Colloque organisé conjointement par le Centre d’études stratégiques de l’Armée de terre (CESAT) et l’Institut de recherche stratégique de l’école militaire (IRSEM). Pour confirmer votre inscription, veuillez répondre avant le 27 octobre 2015 à cette adresse en transmettant vos nom, prénom, date et lieu de naissance pour permettre votre accès à l’école militaire : inscription.irsem@defense.gouv.fr

A. Le Chardon