L'histoire tourne autour de "l'argent caché de Ben Laden" : en effet, la veille du 11 septembre, quelques acteurs informés ont vendus à l'avance tout un tas de titres qui se sont écroulés le lendemain, ce qui leur a permis de réaliser un étonnant bénéficie. Mais pour être au courant, il fallait savoir qu'il y aurait des attentats, donc un écroulement du Dow Jones... donc être complice des organisateurs (qui, faut-il le rappeler, ne sont pas Ben Laden et acolytes, cf. le débat sur les 28 pages...: autre histoire).

source

Nous voici donc dans quelques années où une jeune femme, fille d'un dictateur d'Asie centrale, se prend d'amitié soudaine pour une jeune londonienne anonyme. L'histoire vogue de Londres à Dubaï, du Tashkistan à Shanghai et autres lieux, mêlant androïdes évolués, black cloud, officine d’espionnage privée américaine et autres crypto terroristes simili-islamistes. Elle dessine notre monde dont les traits sont un peu plus poussés (bénéfice de l'anticipation) pour tisser une histoire compliquée (forcément, cinq tomes) mais attachante.

On y voit surtout les caractéristiques de notre monde ; une puissance américaine dominante, des dictateurs locaux prêts à tous les compromis extérieurs et toutes les duretés intérieures, un monde de la finance, du cyber, des contractors et de la drogue s'entremêlant dans des cocktails bizarres.

source

Le trait réussit à alterner des pages très blanches et épurées à d'autres bien plus sombres, des moments de paix à d'autres très violents, selon un kaléidoscope fort maîtrisé.

Au final, sous couvert d'anticipation proche, nous avons tous les codes pour comprendre que les auteurs nous parlent d'aujourd'hui et décrivent les jeux de puissances, étatiques ou privées, tels qu'ils s'exercent désormais. En cela, une belle BD géopolitique, très bien construite, très bien dessinée, qui vaut l'achat d'abord en tant que BD mais aussi pour ce qu'elle révèle.

Recommandée chaudement.

A. Le Chardon