Alors que la presse se répand en auto-louanges sur la nouvelle transparence permise par l’étude des « Panama papers », qui « pour la première fois » permettent d’avoir un « aperçu complet sur les paradis fiscaux », l’observateur reste sur son quant-à-soi. Être occidental, n’est-ce pas, c’est douter. Et notamment des belles et mirifiques choses que les bonimenteurs nous font avaloir, oyez ! oyez ! bonnes gens. Surtout quand ledit boniment vient du camp du bien et de la morale… Subitement, une alerte résonne (et raisonne). Vous allez me dire que je suis complotiste. Éternel argument quand on veut couper court aux arguments. Genre le Monde qui publie un article dénonçant « Ces intox qui veulent répondre aux Panama papers » (voir ici). Bref, dès qu’on s’interroge, ce sont de fausses informations.

Source