Le Chardon

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - Ukraine

Fil des billets - Fil des commentaires

dimanche 24 avril 2016

17/16 Otan et Russie, Obama et l'Europe, îlots divers et Ukraine, affiches et liberté d'expression

Conseil OTAN-Russie. Ce n'était qu'une réunion sans grand objet mais l'important n'était pas là, mais dans sa tenue. Le titre du Monde était excellent (vous noterez que je ne dis pas toujours du mal du Monde) : "un dégel glacial". Les uns et les autres se sont dit leurs quatre vérités, l’important étant qu'ils puissent se le dire. Ce n'est pas un retour à la normalité ou à la coopération (il est encore trop tôt pour cela) mais un petit signe, supplémentaire, du retour de la Russie dans le dialogue international. On s'éloigne encore, s'il était besoin de le signaler, de "l'isolement" de la Russie. Enfin, on notera que la diplomatie française, par la voix de M. Ayraut, a demandé une nouvelle réunion du COR "avant le sommet" (qui est prévu début juillet). Autrement dit, la France pousse les feux pour cette normalisation. Il faut dire qu'elle est membre du format Normandie qui préside aux accords de Minsk et qu'elle voit l'utilité de la Russie en Syrie, tout en se sentant bien moins préoccupée par le réarmement russe que ne peuvent l'être les PECO. Cette petite initiative, qui n'aura pas été remarquée par la plupart, confirme en tout cas le changement de ton depuis le départ de M. Fabius.

source

Lire la suite...

mardi 15 juillet 2014

Que signifie la chute de Slaviansk ?

J'avoue avoir du mal à interpréter le cours des événements des quinze derniers jours en Ukraine. Qu'il y ait progression des forces du régime est incontestable. Ce que je discerne mal, par manque d'informations et d'indices, ce sont les facteurs et surtout les intentions sous-jacentes qui ont permis une telle évolution. Mieux vaut le constater. Parfois, l'observateur reste interdit. Il faut alors le signaler.

source

Toutefois, deux constats. (cliquez sur le titre pour lire la suite)

Lire la suite...

lundi 23 juin 2014

Ukraine, ça repart (phase III)

J'avais signalé dans un précédent billet la relative accalmie du "front" ukrainien. Cela dura ce que vivent les roses, l'espace d'une élection, l'espace d'un D-day, l'espace d'une apparente normalisation. Sous l'eau, bien sûr, les affaires se poursuivaient. Voici quelques éléments d'appréciation avec moult hypothèses, dues au manque d'accès aux sources. Mais la crise est repartie : acte III !

source

Lire la suite...

jeudi 8 mai 2014

US et Ukraine : essayer de comprendre

Ce weekend, deux déclarations "contradictoires" : d'un côté, le SG adjoint de l'Otan, l'Américain Vershbow, déclare à Washington que "l'Otan et la rUssie ne sont plus partenaires, mais adversaires". De l'autre, le général Breedlove, Saceur et donc américain, annonce que finalement, les Russes n'envahiront pas l'Ukraine alors qu'il battait les tambours de guerre depuis six semaines pour affirmer le contraire, contre l'opinion des observateurs (dont le Chardon) qui n'en voyaient pas l'utilité.

Vous me direz que l'Otan, ce n'est pas les Américains et vous aurez raison. Il reste que ces deux responsables "américains" exprimaient aussi des positions américaines car il arrive, parfois, que l'Otan serve quand même aux États-Unis pour exprimer leurs vues. Or, elles apparaissent bien contradictoires. Voici donc le résultat de mes réflexions, non assurées car autant la Russie me parait très prévisible, autant les États-Unis me font l'effet d'un mystère entouré de secret enveloppé dans de l'inconnu. Voici donc une tentative de Washingtonologie. Je sais, il est presque sacrilège d'essayer de savoir ce que pense le roi, que dis-je, l'empereur, mais j'ose. J'ose tout.

source

Lire la suite...

mercredi 16 avril 2014

Ukraine : les fautes de l'UE

Au suivi de l'affaire ukrainienne, certains se désolent peut-être de l'absence de réaction des Européens, ou de la modicité de leur réaction. Mais c'est ne pas voir que l'UE a eu une géopolitique par défaut, que cette géopolitique fut fautive, et qu'on ne voit pas ce que l'UE pourrait faire désormais sinon attendre, consternée, que la crise se dénoue ou empire... Explications (cliquer sur le titre pour lire la suite)

source

Lire la suite...

jeudi 3 avril 2014

Ukraine, une crise du 21ème siècle (3/4)

Finalement, je reviens à mon idée initiale car il y a évidemment besoin de définir les scénarios probables, avant de décrire les options des acteurs (et donc leurs stratégies).

source

Le scénario à écarter: Il s'agit de dresser les scénarios réellement envisageables. En disant cela, j’écarte bien sûr la présentation fantasmatique qu’on a pu entendre récemment sur la progression de divisions blindées envahissant l’Ukraine pour aller saisir je ne sais quels objectifs : cette vision passéiste, mélange à la fois de souvenirs décalés de la Deuxième Guerre mondiale et de confusion avec la doctrine soviétique de la grande époque, va tellement à l’encontre de la plus basique analyse géopolitique qu’on ne peut que l’écarter. (Cliquer sur le titre pour lire la suite)

Lire la suite...

mercredi 26 mars 2014

Ukraine, une crise du 21ème siècle (2/3)

Voici la suite de ma série sur l'Ukraine (billet précédent). Je vais probablement la réduire à trois car en avançant, je me suis aperçu qu'il conviendrait de fusionner les prochains coups et les possibilités des acteurs : les deux sont logiquement associés dans un prochain et ultime billet. Avant cela, il convient de s'interroger sur leurs positions respectives. Nous verrons l'Ukraine, la Russie, l'Europe, les États-Unis et la France. (cliquer sur le titre)

source (je trouve cette image géniale : deux puissants d'aujourd'hui posant devant le signe de la puissance passée : un tableau de Rembrandt : qui représente la ronde de nuit, quand ces bourgeois replets payaient des soldats pour assurer la sécurité. C'était avant la crise de la tulipe, premier exemple en 1637 d'éclatement de bulle spéculative. Que de symboles).

Lire la suite...

mardi 4 mars 2014

Angélisme(s) et cheyssonisme

Ainsi, après le coup de force russe en Crimée, on a entendu des déclarations ulcérées. Que BHL et les Femen disent du mal de la chose, cela incite somme toute le Français moyen à se dire que peut-être Poutine a des raisons... Que John Kerry explique qu'envahir un pays fasse penser au XIX° siècle et pas au XXI° nous enseigne que 2003 (l'Irak) date du XIX° siècle. Mais laissons de côté ces fariboles angéliques et allons au choses sérieuses : celles qui parlent de rapport de force et de vraie diplomatie, pas celles des déclarations émotives et moralisantes qui constituent plutôt des obstacles que des aides à la solution de la crise. Pour cela, quelques considérations méritent réflexion (cliquer sur le titre pour lire la suite).

source

Lire la suite...

samedi 1 mars 2014

Brefs commentaires sur l'Ukraine (1er mars)

Bien, les événements s'accélèrent quelque peu. Toujours pour éviter les larmoyances émotives, quelques pistes de réflexion à la suite des événements de la journée. (cliquez sur le titre pour lire la suite)

source

Lire la suite...

vendredi 28 février 2014

Sécession ukrainienne

La sécession fut un mouvement artistique dans la Vienne du début du siècle. De l'autre siècle. En ce début de nouveau siècle, la sécession est un mode de résolution des problèmes : Yougoslavie, Kossovie, Érythrée, Soudan du sud pour ne prendre que les exemples les plus récents et visibles, en attendant que la Thaïlande ou la Centrafrique rejoignent le club. Pour l'instant, c'est surtout d'Ukraine qu'il s'agit. Quelques commentaires "à chaud" (même si j'ai attendu quelques jours pour ne pas réagir comme tout le monde aux "événements" de Kiev.

source

Lire la suite...

mercredi 19 février 2014

Ukraine : l'affrontement des faiblesses

Regardant les infos du soir avec Mme Le Chardon, vint le moment du reportage sur l'Ukraine. Curieusement, le journaliste suggérait sa gêne en faisant un reportage sur les radicaux des protestataires, en montrant bien sûr des citoyens, mais aussi des milices d'extrême-droite. Cela signale un certain flottement de la presse internationale. Ces troubles de perception de la grande presse illustrent qu'elle a du mal à trouver son manichéisme habituel (pensez : il faut exposer des situations complexes dans des reportages de maximum deux minutes...).

source

Bon, là je fais le faraud quand soudain, Mme Le Chardon me demande : "et toi, qu'en penses-tu ?". Là, il a fallu trouver quelque chose d'assez simple et en même temps assez explicatif ... Voici :

Lire la suite...

vendredi 7 février 2014

L'Ukraine, avant-garde européenne ?

Selon l'explication "main stream", l'Ukraine serait en attente d'Europe. D'ailleurs, l'Europe aurait une influence positive et stabilisatrice sur son voisinage, comme l'affirme Jacques Rupnik qui explique que l'élargissement a été la plus grande réussite européenne (voir ici). Au fond, ce serait à cause de notre autoconfiance (non, je n'ai pas dit autosuffisance) en notre attrait que nous aurions raté la négociation du partenariat oriental. Du coup, les Ukrainiens seraient "en retard" d'Europe" mais n'ayez pas peur, bonnes gens, le sens du progrès va dans le bon sens et avec un peu de temps, il seront parmi nous. Moui. Et si on adoptait le point de vue inverse : ce qui se passe en Ukraine serait annonciateur d'une évolution plus générale ? Sans être forcément sûr de la validité de l'hypothèse, je vous propose au moins de l'explorer.

source

Lire la suite...

dimanche 26 janvier 2014

Se méfier des étiquettes

L'actualité ne cesse de nous conter des histoires dramatiques. Compliquées. Difficilement explicables. Ainsi en Ukraine ou en Centrafrique. Du coup, les journalistes (la plupart d'entre eux) essaient d'expliquer. Simplement. Trop simplement. Notamment dans ces deux cas.

source

Lire la suite...